Ce fut longtemps un sujet sensible pour moi.

 

Il ne me restait qu’1 an à faire… Pourquoi n’ai-je pas terminé ce cursus qui me passionnait tant ?

La route était pourtant tracée d’avance. Simple, directe, sans détour. Lycée, fac de psycho, psy. Voilà le programme.

 

Et puis la réalité en pleine face.

Un stage de 8 mois en 4ème année à l’hôpital.

Ce patient de 3 fois mon âge. Au passé tellement vaste et tellement lourd. Et moi seule en face, gamine au passé tout lisse, perdue dans cette blouse blanche bien trop grande.

Toute pleine de théories mais toute vide de pratique. Lâchée dans le grand bain sans les bouées. Touchée-coulée.

Et vous m’ajouterez un bon gros syndrome de l’imposteur là-dessus…

 

Alors malgré d’excellentes notes, j’ai tout bien réussi pour ne pas être prise en dernière année… le tout sans bien sûr en prendre conscience. Je me suis trouvée pleins d’excuses de raisons pour dealer avec cet “échec”.

Mais la vraie raison c’est qu’à 22 ans je n’étais clairement pas prête.

C’était beaucoup trop tôt pour moi. J’avais besoin de temps… avec ce temps j’ai pu acquérir des expériences, de la maturité, une capacité d’analyse et de recul. J’ai pu faire un travail sur moi avant d’envisager un travail sur les autres.

 

Je dis ça sans regrets aucuns. Les chemins de traverses m’ont apporté tellement…

Mais ma voie m’a finalement rattrapée. Je suis revenue vers le soutien, vers l’accompagnement. Autrement.

 

 

Et vous, avez-vous trouvé votre (vos) voie(s) ?

Était-elle évidente ? Quels chemins avez-vous emprunté ?

La cherchez-vous encore ?

Êtes-vous à l’écoute de cette voie/voix ?